Pépites poétiques



D’un fil


En vérité, ça ne tient qu’à un fil
Il part de toi à moi
Suit les aléas de nos vies…

Qui pourra expliquer notre premier regard,
Le sourire qui gagne notre cœur
Chaque fois, la douceur complice qui sauve…

Et d’âme à âme, qui pourra prétendre
Que c’est affaire de classes, de statuts ou de races…
Folies…

En vérité, ça ne tient qu’à un fil
Ni l’âge, ni le corps, encore moins la raison
C’est une force qui maintient en vie…

Quand l’Amour germe au plus profond de soi,
Que son écho retentit si fort, en l’autre, porté par le vent,
Se lézardent puis s’écroulent les forteresses…

Les rêves se réalisent un jour… Toujours
Chut… disent-ils

Mais c’est un chant qui unit le tout…

Poème extrait du recueil Fort, utile et beau, Ch.Goh




Les puissants de ce monde


Les "puissants de ce monde"
Croient qu'ils le sont vraiment
Ne sont pas ceux qu'on pense
Dans les limousines ou à pieds,
Ils sont de toutes les origines.

Non,
Ne sont pas ce qu'on croit.
Les "puissants de ce monde"
Règnent sur les cœurs fragiles
Délient les assurances et rient
Tuent les rêves et discourent
Ils prennent plaisir à le faire...

Ne sont pas ceux qu'on croit.
Les "puissants de ce monde"
Cherchent désespérément
l'Amour.
Leur échappe. L'Amour
N'est ni esclave, ni cobaye.
Alors ils frappent.

Qui frappe est puissant
De ce monde, croient-ils.

Poème extrait du recueil Le concept en poèmes, Ch. Goh



Plaisirs


Douceur des caresses
Et ruisselle l'affection
De nos corps qui se mêlent...

Suave jus du fruit
Qui comble l'appétit
Du ventre affamé de désir...

Comme est exquise
La fusion de nos odeurs
En un parfum rare, unique !

Sérénité du sommeil
Quand le corps éprouvé a résisté
Et sublimé notre volonté.

Ainsi se déclinent les plaisirs purs
De deux âmes qui aiment.
Perfection des sens...


Poème extrait du recueil Fort, utile et beau, Ch. Goh



Une autre couleur


Une autre couleur…
Une variation nouvelle…
Une profonde moiteur qui imprègne le soi,
Une intensité constante en ombres et lumières.

Y penser à chaque heure, chaque jour,
En rêver la nuit, rire, en pleurer,
Souffle parfois coupé,
Coeur qui déborde...

Explosion d'ondes, flammes sonores,
Brasier vivant, musique incandescente,
Partager sinon mourir,
Souffle coupé...
...

Et ton étreinte me ranime.
Sans toi, ne serais plus de ce monde...

Tu m'embrasses...


Poème extrait du recueil Du noir et blanc à la couleur, Ch. Goh