samedi 10 décembre 2016

De l'air...


Au bord du précipice
Sans un regret, sans un remords
Je me jette dans le vide
Je regarderai droit devant

Loin du sol, loin de toi
Je sens le vent qui me frôle
Il est un écrin de douceur
Il prévient les nuages...

Je suis libre
J'avance et fends l'air
C'est la première fois
Nous sommes plusieurs

Savoir où l'on va
Et pourquoi
C'est la première fois
Nous sommes plusieurs.

Au bord du précipice,
Sans remords, sans condition
Mes pensées ne se sont raccrochées à rien
Comme la vapeur de l'air, légère et vive

De l'océan dont les abysses assure la pérennité
Ou de l'arbre profondément ancré qui se dresse...
Ainsi les racines dans le cœur, denses, sont immenses...
Oui, elles permettent de s'envoler !


Christina Goh